Festival de la mort

MANIFESTE

Ce manifeste est le fruit d’un travail d’écriture des membres du collectif organisateur du festival, constitué de sociétaires de la coopérative funéraire de Rennes. Il pose le cadre de notre action et met en lumière la raison d’être du festival de la mort.

En quelques mots

Le festival de la mort est un projet porté par la coopérative funéraire de Rennes.
Il a pour ambition de remettre la mort au cœur de la Cité, pour s’emparer autrement du sujet.
C’est un temps de rencontre hybride qui croise les savoirs, les rituels, le spectacle vivant, la création d’objets, les expériences sonores, culinaires et… insolites.

Nous portons l’idée que la mort doit retrouver toute sa place au cœur de la Cité.
Quand on sait que c’est une destinée commune à tou·te·s et tous, elle y est étrangement absente ou peu visible.
Et pourtant, en parler quand tout va bien, est un bon moyen de s’y préparer tranquillement.

Nous choisissons de célébrer la mort autrement. 
Ailleurs dans le monde, d’autres peuples le font… et si nous, nous acceptions les célébrations plus festives ? et si nous osions ?
Nous pouvons, à notre façon, vivre des temps joyeux et réenchanter la mort.
Nous créons un festival de la mort pour parler à la fois de la fin de vie, de notre propre mort, de nos morts, du moment des funérailles, de la période de deuil et du cycle incessant de la vie.

Nous proposons de questionner, de vivre et d’inventer de nouveaux rituels.
Les pratiques funéraires changent avec l’évolution des cérémonies. La crémation prend le pas sur l’inhumation, et les cérémonies laïques sont désormais plus nombreuses que les cérémonies religieuses. Il y a tout un champ de possible à ouvrir pour inventer de nouveaux rituels. Les chemins de funérailles sont infinis, quand on accompagne les proches à bâtir un temps de cérémonie singulier et porteur de sens pour les défunt·e·s et les vivant·e·s.

Nous désirons donner à voir, à entendre et à goûter d’autres manières de se saisir du sujet de la mort.
Nous faisons se côtoyer des publics différents – citoyen·ne·s, chercheur·se·s, artistes, étudiant·e·s – à travers une proposition kaléïdoscope d’expositions d’objets, spectacles vivants, projections de documentaires, tables rondes, une veillée, un banquet, des expériences insolites, des écoutes de créations sonores, des partages de pratiques, etc.
Nous permettons l’échange d’idées et de pratiques, dans une ambiance conviviale, légère et festive. Même sur un sujet comme celui de la mort, nous savons combien cela est possible.

Nous investissons les temps en amont et en aval du festival pour collecter, produire et diffuser des idées, garder trace, ouvrir de nouvelles pistes.
En amont, nous animons des petits laboratoires d’éducation populaire sur le sujet de la mort et du funéraire : les « Labs ». Ils alimentent la programmation et l’expérience des festivaliers.
Le festival est un temps fort de plusieurs jours. Il a vocation à être programmé régulièrement.
En aval, nous créons et diffusons un ou des objets de synthèse… polyformes et polysémiques.
Nous nous réjouissons à l’idée que chacun·e puisse repartir du festival, en apportant avec soi quelques poussières, traces ou paillettes glânées au gré des expériences et des rencontres.

Nous prenons soin de chacun·e et contribuons à la santé mentale de tou·te·s en organisant ce festival de la mort.
Chaque mort impacte les proches et certain·e·s sont durablement fragilisé·e·s. La perte d’un proche isole, a des répercussions importantes sur la santé physique et psychique, sur le travail, les relations sociales. S’emparer du sujet de la mort est un acte de prévention sociétale.

Nous portons, haut et fort, la philosophie de la Coopérative funéraire de Rennes.
Nous nous inspirons de la façon dont l’équipe de la coopérative accompagne les familles, en :

  • redonnant  le pouvoir d’agir à chacun·e sur le sujet de la mort et des funérailles
  • accompagnant, et en encourageant les élans, envies, idées
  • construisant avec la singularité de chacun·e
  • s’appuyant sur la force coopérative (utilité sociale, entreprise collective et démocratique, gestion désintéressée, multi-sociétariat, indépendance…)

« LABS » & ATELIERS

OBJET
DESIGNERS EN DEVENIR
Pour cette première édition, le Festival de la Mort s’associe avec LISAA Rennes (L’école Supérieure des Arts Appliqués), pour impliquer des étudiant.e.s à s’interroger sur le sujet de la mort.

NOURRITURE
Le BANQUET DE L’AU-DELÀ constitue le point d’orgue gustatif du Festival de la Mort. Spectacle participatif autant que processus de création, il sera l’occasion pour une vingtaine de participant.es de créer des personnages et des recettes qui constitueront la base du banquet final lors de 3 ateliers.

OBJET
LE PEUPLE DES OBJETS est une œuvre participative en deux temps. Le premier consistera réalisation d’objets reliquaires lors d’ateliers en caravane. Le second sera une installation artistique réunissant tous les objets fabriqués. La thématique abordée est celle de la mémoire que portent les objets laissés par les défunts. Nous explorerons la manière dont les objets d’héritages nous permettent de conserver un lien avec les morts, mais également de les raconter, de partager leurs existences avec les autres vivants.

SONS
Avec LES BRODEUSES DE SONS, l’intention est de créer un espace pour parler de la mort et du deuil ; de permettre aux personnes qui le souhaitent de raconter leur vécu ; d’ouvrir des temps d’échange sur des réflexions autour de thématiques dont on parle peu en société. Le but est de replacer le sujet de la mort au cœur de la cité.
Une caravane, comme lieu cocon, pour recueillir une parole intime dans un cadre d’écoute, de bienveillance et d’empathie et ce avec notre posture de professionnelles. Une caravane, comme structure nomade, pour accueillir toutes les personnes même celles qui ne peuvent pas se rendre dans des structures à cause de l’éloignement. Avec la caravane, nous venons à elles.

NOURRITURE
Pour que nos morts.e.s nous régalent encore et toujours, récoltons leurs meilleures recettes. Vous souvenez-vous d’une recette que cuisinait un.e de vos proches aujourd’hui décédé.e ? Pour qu’elle soit reprise, cuisinée, partagée… envoyez-nous, dans la langue de votre choix, sur du papier ou autre support, à partir de mots, de dessins, schémas, collages… la recette qui vous relie à une personne aimée aujourd’hui disparue.

AUTOUR DES SONS
& DES MOTS

CHANT
D’un chœur mortel à une veillée en passant par une procession, il y a la une façon de tisser ensemble et de faire résonner, vibrer notre fort intérieur. On expérimente et surtout on cherche autour de ce qui nous fait vibrer.
LE CHŒUR MORTEL est prétexte à de nombreuses audaces mais surtout à explorer ce qui nous relie, à oser tout simplement.

LES MOTS DE LA FIN
Quels mots pour dire la fin ?
Qui prend le temps -et comment- d’écouter cette parole unique, essentielle que chacun porte en soi mais qu’on ne met pas suffisamment au monde ?
Est-il possible d’aborder paisiblement la mort ?
D’en parler quand il fait beau… quand nous sommes en pleine forme ?
Afin de nous aider à y réfléchir, dans le respect des convictions et de l’intimité de chacun, François DAMAS et Agnès LEJEUNE ont accepté de participer à l’ensemble du Festival.