*Geneviève CHINCHOLLE-QUERAT*

Née le 8 septembre 1955 à Toulouse

Décédée le 9 janvier 2023 à Rennes

 

 

 

C’est avec une peine immense que nous vous annonçons le décès de

Geneviève CHINCHOLLE-QUERAT , ce Mardi 9 Janvier. Elle est partie en paix et entourée des siens.

 

Un hommage lui sera rendu le mardi 16 janvier à 14 h 30 à la salle Marie Pierre 45 Rue de Talensac, 35160 Montfort-sur-Meu.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aller voir Geneviève une dernière fois au salon funéraire à l’adresse suivante : 23 Imp. de l’Ébranchoir, 35160 Montfort-sur-Meu. Vous pouvez vous y rendre jusqu’à mardi 13h30. Vous pouvez contacter la coopérative funéraire au 0763635525 qui vous communiquera les codes d’accès.

À partir de 14h30, le mardi 16 janvier, nous nous retrouverons pour une cérémonie qui se tiendra à l’adresse suivante :

Salle Marie-Pierre
45 rue de Talensac,
35160 Montfort-sur-Meu.

Cette cérémonie sera suivie d’un goûter ensemble, dans le même lieu.

 

N’hésitez pas à  contacter la coopérative funéraire de Rennes pour davantage d’informations au 07 63 63 55 25.

 

Nous avons fait la connaissance de Geneviève lorsque Ronan était au collège avec Tom. Cela doit remonter maintenant à une trentaine d’années. Devant la porte de l’école, nous échangions nos interrogations de parents et nos soucis d’éducation pour nos deux grands garçons qui s’étaient pris d’amitié. Rapidement nous nous sommes découverts des affinités comme il en existe chez les personnes qui se ressemblent.

Geneviève était comédienne et je venais aussi du théâtre. Nous étions tous les deux en phase de reconversion professionnelle et nous affrontions donc à la descente des planches, les mêmes épreuves de la dure loi de la réalité. A ce signe, nous nous sommes tout de suite reconnus sur un terrain commun de la quête de soi.

Geneviève était une artiste. J’ai bien dit, de ces personnes inspirées qui cherchent les voies de l’invisible en combinant à leur manière les éléments du monde tangible. C’est comme une recette de cuisine qu’on appelle l’alchimie. Et nous avons assisté pendant ces trente années, aux miraculeuses métamorphoses de notre amie Geneviève.

Le phénomène s’est d’abord cristallisé sur l’étang de Branval. Nous embraquions à bord d’une nef de plastique et avec des histoires et des bougies allumées, par delà les mers intemporelles de l’étang, nous débarquions sur l’île de Cythère, posant nos pieds dans la féerie des nuits d’été.

Puis, comme il apparaissait évident qu’on ne peut s’accorder avec soi-même que dans un environnement à sa ressemblance, le jardin est sorti de sa friche. Frank à la bêche donnait à la terre les formes que Geneviève rêvait et les fleurs ont explosé dans un euphorique bouquet de vie.

Geneviève trouvait son inspiration dans l’écriture, qui était pour elle un outil tout à fait adapté pour établir ce lien très compliqué de communication entre le rêve et le monde réel : dans sa tour d’ivoire, elle programmait son retour à la terre. C’est une vraie gageure que de décrypter dans l’inconscient les petites lumières qui guident les hommes sur les chemins de la résilience et Geneviève avait ce don très particulier de déceler dans les rêves l’impact qu’ils ont sur la réalité. Et elle marchait dans sa vie, droite dans les lignes de ses livres.

Puis, par l’effet naturel du cycle des affaires non résolues, la délicate question d’argent s’est imposée au calendrier de ce grand chantier de réhabilitation personnelle. Cette chose infecte, qui maintient le monde dans l’abjection du pouvoir, est en effet un drame pour les créateurs qui puisent leur force vitale dans les espaces libres de leur inspiration et pour Geneviève, cette question était un marécage maudit.

La question n’était pas de gagner beaucoup d’ailleurs, mais plutôt de transformer ce boulet infernal qui pourrit la vie en une puissante source d’énergie. Et Geneviève, en sa qualité de poète et de thérapeute a opéré cette révolution magistrale de donner un sens vital à ce courant de matière. Cela n’a pas fait de miracle au plan comptable, mais au plan d’une certaine métaphysique, le miracle a eu lieu, Geneviève s’est raccordée à la réalité des hommes.

Et puis, il y a eu la métamorphose de la maison. Frank avait à cœur de façonner la demeure où ils vieilliraient tous les deux. Alors Geneviève a osé la couleur. Avec une hardiesse d’enfant, elle apposait les rouges et les ocres et les verts et les violets sur les murs et les portes et dans cette ambiance ensoleillée, elle respirait si bien qu’elle est devenue peintre. Elle peignait comme l’artiste qu’elle était depuis toujours, en cherchant dans la matière cette lumière obsédante qui l’habitait. Elle ne recherchait pas une ressemblance avec un modèle, mais plutôt la précision du geste qui donnait à ses toiles l’élan de la spontanéité et elle reprenait son travail jusqu’à trouver le bon rythme. Elle avait quelque chose d’une danseuse quand elle peignait et en peignant, elle dansait la vie.

Et la maladie s’est annoncée dans ce bel élan de résilience, brutalement, cruellement, tranchant. Le compte à rebours a commencé et Geneviève a vu les échéances arriver par rebondissements descendants qui vous saisissent le cœur d’angoisse. Mais elle possédait les clés alchimiques que la vie lui avait enseignées, elle a mis en pratique les principes d’une sagesse infinie dont sont faites les grandes âmes et devant les exigences définitives du crabe dévorateur, dans l’absolue liberté de sa vérité proclamée, elle a dansé sa vie, dansé sa vie de toute la force de son esprit sous les lumières de sa conscience apaisée.

Je n’ai pas de peine à l’imaginer encore danser, au-delà de la porte ultime, danser sa vie dans les lumières du ciel et j’entends son message :

aimez la vie, mes amis, aimez la vie,

et surtout, ne craignez pas d’être vous-même,

car la mort est un accomplissement.

Votre message de sympathie (=les condoléances en québécois, c'est plus joli)

Besoin d'inspiration ?

Parfois, on ne sais pas trouver les mots... Une image, ça peut aider pour commencer.
Sélectionnez dans la colonne de droite l’œuvre qui vous inspire et qui complètera votre message.
Ce visuel est l’œuvre d’un.e artiste rennais.e choisi.e par la coopérative funéraire de Rennes. Dans sa version numérique, il vous est offert.
Vous pouvez le retrouver sur un support papier de qualité, disponible auprès de l’artiste. N’hésitez pas à le/la contacter.

×

En cliquant sur le bouton ci-dessous, je reconnais avoir lu et compris la politique d'utilisation des données utilisateur. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site ni transmise à des tiers.

Espace publications des messages de sympathie

  1. sa famille

    Bonjour, Je suis si triste d'apprendre le décès de Geneviève. Quelle belle personne, je suis reconnaissante d'avoir pu la croiser, même peu de temps. Je pense à elle, à vous sa famille proche, ses amis, son chien dont elle me parlait. Je vais l'associer à mes prières, mes méditations pour qu'elle soit en paix, libre, bien, là où elle réside et pour que tous vous puissiez apaiser votre peine. Bien à vous Marie-France

    Marie-France VINET /

  2. A l’attention de la famille de Geneviève Querat-Chincholle

    Notre rencontre n’est pas de longues dates mais tant moi que nos chiens Rajah et Hakira nous souviendrons de nos balades en forêt de Montfort sur Meu ou ailleurs. Nous étions heureuses de regarder nos chiens communiquer et décrypter leurs sentiments. Merci et bon courage à Franck et les enfants Tom et Valentine. Roselyne

    Roselyne GRISLIN /

Suggestions de fleuristes En accord avec la sensibilité de la Coopérative Funéraire de Rennes

La coopérative funéraire de Rennes ne vend pas de fleurs et n’est liée à aucun fleuriste. En revanche, en résonance avec l’esprit de la coopérative, nous sommes sensibles aux démarches des fleuristes qui privilégient les fleurs locales et de saison. Nous rappelons également que les bouquets champêtres ou confectionnés à partir de fleurs de votre jardin sont magnifiques et emplis de sens.
Nous avons identifié une  fleuriste sur Rennes qui travaille avec des fleurs locales et de saison. Si vous en connaissez d’autres, qui défendent cette approche, n’hésitez pas  à nous les signaler, nous les mentionnerons sur notre site.

COEUR D’ARTICHAUT

Bertille a cette particularité de ne pas avoir de magasin mais un atelier. Bertille  recueille vos souhaits et votre budget par téléphone, confectionne le bouquet et livre les fleurs sur le lieu de la cérémonie.
06 42 62 85 96
rennes.coeurdartichaut@gmail.com
https://www.instagram.com/coeurdartichaut_atelierfloral/